was successfully added to your cart.

Placé en garde à vue le 23 octobre dernier pour excès de vitesse, conduite sous l’emprise de stupéfiants le rappeur marseillais Jul, par ailleurs accompagné d’un passager armé, a tenu à s’excuser sur son Facebook.

Un peu, il faut l’avouer, en mode « j’m’en bats les couilles de l’orthographe ». Ce qui n’a pas manqué d’enflammer les commentaires.

Il se fait vanner vénère, mais ses fans montent directement au créneau. Qu’à cela ne tienne, le lendemain Jul persiste et signe, en assumant tout à fait son orthographe sinistrée. Il balaye la polémique en brandissant à ses détracteurs son succès artistique.

Tout le monde y va de son commentaire, alors bon nous aussi.

On ne peut en vouloir à quelqu’un pour sa mauvaise orthographe. Surtout quand la personne « est parti(e) de rien ».

Toutefois Jul, qui  » sait qui a des enfant et des parent qui [le] suive » et qui estime que : »cest pas une bonne image pour tt le monde » et qui « tenez a [s]escusez ! » par rapport à sa mésaventure, sa réponse reste tout à fait paradoxale.

Avoir une orthographe qui pique les yeux est une chose. Mais l’assumer en mode c’est pas important pour une personne qui se veut ou se sait un rôle model en est une autre.

Qu’on l’aime ou pas, n’est pas Jul qui veut. « On peut ne pas aimer le lièvre, il faut reconnaître qu’il court vite », dit très justement un proverbe africain.

Et si l’orthographe n’a pas d’importance dans sa carrière, quid de tous ces jeunes qui n’auront pas le même destin que Jul ?

Une bonne orthographe (pas forcément excellente) reste un facteur évident d’intégration professionnelle ou tout du moins un gage de crédibilité professionnelle.

Elle peut très facilement disqualifier une personne dans le cadre de recherche d’emploi ou de stage par exemple (en fonction du type de poste).

Un peu irresponsable donc, de notre point de vue, de la part d’un personnage public comme Jul.

Il eût sans doute mieux fallu (si si le plus-que-parfait du subjonctif) qu’il fasse juste amende honorable au lieu de se draper dans sa réussite commerciale (notez bien qu’on n’a pas dit « artistique »).

#Japprenddemeserreurs , sauf celles de syntaxe, de grammaire ou d’orthographe… Mais bon, comme on dit au Congo « le français parlé n’a pas de rature ». (Oui sauf qu’on n’est pas au Congo).